Bashō dans mon sac à dos

Juché au sommet des montagnes
paisible
sens en éveil
sans d’autre présence que le silence
et les mots de Bashō.

Commence par célébrer
les fleurs de prunier dans ton cœur
abrité pour l’hiver

Bashō (1644 – 1694)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s