Osmanthus, Guì Huā

img_6807

Osmanthus, ma belle et délicate
tu emplissais l’air de la ville
depuis tes branches ornées de ce jaune fragile
tendues au-dessus du sol encore tiède des jardins et des parcs
resplendissais en grappes petites
presque cachées à l’abri de larges feuilles
brillantes comme le désir de voir s’éterniser l’automne

Osmanthus
Guì Huā
en boucle réciter la douce musique de ton nom
langues mêlées
savourer le son latin et le chinois
humer du bout des doigts ton parfum citronné
paupières closes
et me réveiller à tes pieds.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s