Emporté par la houle

J’aurais bien aimé jouer un peu avec lui. Approcher mon doigt de ses petites pattes claires. Doucement tracer un cercle autour de sa silhouette. Le regarder s’enfouir illico dans le doré du sable ou s’échapper en vitesse vers le bleu de la mer. Pas sûr qu’il aurait apprécié cette partie de cache-cache. Mais le jeu s’est arrêté avant-même de commencer. Il n’a pas eu peur. Lorsque j’ai tendu mon index vers son dos tacheté, il est resté immobile. Je l’ai abandonné parmi les débris de coquillages déposés sur le sable et je suis parti promener. À mon retour, le petit crabe mort avait disparu. Retourné à la mer. Emporté par la houle.

Le crabe fabuleux

L’enfant dit :
Crabe, crabe,
Si tu pouvais marcher droit…
Le crabe ne broncha pas.
Crabe, crabe,
Essaie au moins de marcher comme ça !
Le crabe ne bougea pas.
Crabe, crabe,
C’est pas si compliqué que ça !
Le crabe agita ses petites pattes de côté
Comme le lui avait appris son papa.
Crabe, crabe,
Je vais t’écraser, moi
Splatch !
Et il l’écrasa.