Écouter au port, comme à la radio

img_1134

J’ai toujours aimé écouter aux portes
depuis tout minot
si curieux suis des voix et des murmures
des paroles et des accents
des soupirs et des cris
qui passent et jaillissent et traversent
depuis l’autre côté
toujours été aimanté par la face cachée
celle qu’il faut deviner
imaginer
désirer
ceci explique sans doute mon amour de la radio
pas la triste et fade et formatée radio filmée de today
non
la vraie de vraie
la vibrante
celle qui s’écoute les yeux fermés
dans le noir
ou le regard accroché à la lumière des nuages
celle qui nourrit les images à l’intérieur

écouter aux portes
je continue bien sûr
aussi souvent que le puis
laisse trainer mon enregistreur
désire que restent ces sons
ces vibrations humaines
ces échanges
les mettre au chaud
les revisiter
les partager
les transmettre

écouter au port hier à Marseille
le lieu béni de ma prime enfance
près des bateaux amarrés ou à réparer
un court moment de radio vivante
improvisée
une femme
son homme
leur ami
avec l’accent d’ici
la légèreté d’ici
l’humour d’ici
gens du peuple marseillais que j’aime
mon peuple
que je ne me lasse pas d’écouter

img_1131

img_1138

Portulan

image

Portulan
n’avais jamais rencontré ce mot avant
la lecture de Les Choses
de Georges Perec le roman
les trouve jolies ces six lettres attachées à naviguer
repère de marins d’avant
carte experte ouvertes aux quatre vents
colorée de mille sels
ornée d’embruns et de pigments
Portulan
pour caboter en douce
lentement
lire qu’il existera toujours un port où passer
un port où aimer
un port où ne point rester longtemps
ou bien où se fixer pour un moment
Portulan
porte aussi le silence des choses tues
cachées ou dérobées
garde en lui les secrets emportés par ceux qui à jamais
se sont tus
Portulan
y lire aussi un mot d’ailleurs
un mot cadeau
un mot nourriture à faire rouler sur la langue
à faire saliver le palais
comme un baiser profond ouvert sur l’océan

Illustration : Atlas catalan 1375