C’était Lucette

Un mois jour pour jour que Maman est partie.

Sur le chemin de deuil que j’arpente depuis, fleurissent des textes qu’elle écrivit.

– Écris et vis, me disait-elle souvent lorsqu’elle découvrait mes écrits.

Les siens résonnent de tout ce qui la rendait belle.

En voici deux, signés Lulu.

C’était Lucette.

MAMAN

La couverture tricotée

La tricoteuse est-elle morte ?

Des jours, des mois, pour tresser en couleur

Les fils de la chaleur.

Aujourd’hui ses doigts glissent encor

À cet album vivant.

 

Le hachoir de Mémé

La demi-lune au mur éclaire

Le vieux moulin Peugeot d’antan

Éclaire aussi le labeur de la fourche accrochée

Et le vieux fer à repasser le temps.