Au cimetière du Père Lachaise

Jamais venu ici auparavant. Quelquefois promené non-loin du Mur des Fédérés aux côtés de mon père. Me racontait la Commune de Paris, Gavroche, ce salopard de Thiers, mais jamais entré dans cette ville dans la ville. 70.000 tombes à ce qu’il paraît. Un labirynthe. Un enchevêtrement d’allées pavées. Un foisonnement de tombes, de tombeaux, de stèles, de plaques. Peu de fleurs. Des oiseaux. Beaucoup de mousse. Nombre de sépultures en ruine. Une impression d’abandon. Suis allé écouter ce cimetière géant, saluer les Communards, les communistes, les déportés assassinés, Jean Baptiste Poquelin dit Molière et  Jean de La Fontaine, Frédéric Chopin et Guillaume Apollinaire, Paul Éluard et Alain Bashung, Michel Petrucciani et Pierre Desproges. Aurais bien fait un clin d’oeil à Amadeo Modigliani mais le crépuscule m’a poussé vers la sortie.

Lachaise5

Le Mur des Fédérés. Cherché les traces de balles. Imaginé le carnage.

Lachaise12

Jean-Baptiste Clément. Fredonné sa chanson.

 

Lachaise3

Jacques Duclos roulait les R.

Lachaise4

Paul Éluard né Eugène Émile Paul Grindel

Lachaise2

Buchenwald. M’y rendis dans ma jeunesse. Impérissable souvenir.

Lachaise6

Molière l’immense impertinent.

Lachaise7

Apollinaire. M’accompagne depuis l’adolescence.

Lachaise8

Chopin. Pas un jour sans l’écouter.

Lachaise11

Bashung. Déchirant écorché.

Lachaise9

Petrucciani. Virevoltant.

Lachaise10

Desproges désarmant.