Trois petits tours et puis revient 2

CELLELÀ

 

Frères d’Italie, sœurs d’Italie, au réveil tout à l’heure, avant même que s’ouvrent mes yeux, tournait en moi un air familier. Entendu tant de fois ces semaines passées. Une mélodie chantée par vous, confinés partout. Jouée depuis les balcons de vos villes, de vos quartiers, de vos cités, de vos villages. C’était joyeux au creux de mes paupières, bleu azur comme le maillot de votre Squadra azzurra. Le plus beau des bleus. Dans mes draps, je l’ai savouré comme un air d’opéra. Ensuite, il m’a ouvert le chemin jusqu’au café que nous avons partagé.

Trois petits tours et puis revient 2

Frères d’Italie, sœurs d’Italie, il y a si peu de mots ce matin encore pour vous accompagner du plus profond de notre affection. Seuls flottent en silence et en boucle, au creux de nos lèvres et de nos gorges confinées, stupeur, chagrin, deuil, colère, justice. Et puis tourne cet air d’opéra qu’ici, à vos côtés, nous dégusterons toujours, Fratelli e Sorelle d’Italia…

(À demain 8h30…)

Fratelli d’Italia

 

Et pour les Soundcloudistes