Vie d’Éros Sambóko (1) (Lecture à voix haute)

sergemarcel1

J’aime la poésie de Serge Marcel Roche, la douleur, la mélancolie qu’elle exprime, depuis l’Afrique noire où il demeure. Le rythme et la couleur de ses phrases m’entraînent là-bas. J’y reste longuement et je récite ces mots dans ma tête, puis à voix basse. Récemment, je me suis pris d’affection pour Éros Sambóko, un personnage imaginaire qui vit en milieu urbain, celui de Yaoundé, la capitale du Cameroun. Serge Marcel Roche connait un peu cette grande ville mais il n’y vit pas.

Pas la première fois que je me prends à dire ses textes à voix haute et à les partager. 

Un pied dans la lumière

 

Retrouvez Serge Marcel Roche ici

Trois petits tours et puis revient (30) Le soleil se languit…

Paul_Cézanne-LabaiedeMarseilledepuisl'Estaque

 

Contribution #11 J’accueille aujourd’hui l’enregistrement que m’a adressé Delphine, de Foix : Somewhere only we know , de Keane. Grand merci à elle.

 

Paul_Cézanne-LabaiedeMarseilledepuisl'Estaque

(À demain 8h30…)

Les mots pour le dire

« C’est bien simple, chaque fois qu’il pleut ici, je regarde s’il pleut à Marseille. C’est comme un réflexe. Hier-matin, il m’a semblé que oui, le temps était au gris et aux gouttes là-bas aussi. Chaque fois qu’il pleut ici, je repense à Marius et Jeannette, au film de Robert Guédiguian, à son quartier de l’Estaque si loin d’Endoume, mon quartier d’enfance. Lointaine Estaque, mais si proche de tous nos lieux de vie, ces lieux où depuis longtemps, se partagent les mots, les bons plats, l’apéro, et les parties de rigolade qui nous manquent tant en ce moment. Toi aussi tu l’as vu ce film, j’en suis sûr. Et tu te souviens de ce refrain. Alors surtout, surtout, ne te prive pas de le fredonner ! »

Illustration : Le port de Marseille vue de l’Estaque – Paul Cézanne