Le feuilleton Alphonse Richard #4 Mardi 4 août 1914

BANNIERE FACEBOOK ALPHONSE RICHARD-4

Mardi 4 août 1914

Alphonse retrouve la caserne Desmichels, quittée il y a neuf mois à peine, à la fin de ses trois années de service militaire. Il y fait connaissance avec des dizaines jeunes Bas-Alpins, désormais camarades de régiment.

à suivre …

Le feuilleton s’écoute aussi sur la page Radio Livre des Éditions Parole

Le feuilleton Alphonse Richard #3 Lundi 3 août 1914

BANNIERE FACEBOOK ALPHONSE RICHARD-4

Lundi 3 août 1914

Depuis ce dimanche de malheur, à Digne comme partout en France, la paix ne se conjugue presque plus qu’au passé. Alphonse met de l’ordre dans ses affaires, rassemble les quelques souvenirs qu’il emportera avec lui à la guerre et retourne se rafraîchir à la Bléone.

à suivre …

Le feuilleton s’écoute aussi sur la page Radio Livre des Éditions Parole

Le feuilleton Alphonse Richard #2 Dimanche 2 août 1914

BANNIERE FACEBOOK ALPHONSE RICHARD-4

Dimanche 2 août 1914

Depuis son retour du service militaire en novembre 1913, Alphonse Richard a retrouvé son métier de ferblantier mais il a perdu Louise, sa promise, qui lui a dit adieu avant de devenir Carmélite. Comme chaque dimanche, Alphonse monte promener sur les hauteurs de Digne d’où il rêve, depuis tout petit, de découvrir la mer.

à suivre…

Le feuilleton s’écoute aussi sur la page Radio Livre des Éditions Parole

Le feuilleton Alphonse Richard #1 Samedi 1er août 1914

BANNIERE FACEBOOK ALPHONSE RICHARD-4Traverser une rue
saison après saison
effleurer une vie
sans le savoir
apprendre un beau jour
qu’elle fut stoppée net
un beau jour d’été
par la folie de la guerre

alors rejoindre le chagrin
de tant d’humains endeuillés
et se prendre de compassion
pour les promises
les veuves
les orphelins
les parents et les grands parents
brisés dans leur chair
par le départ sans retour d’un être cher

ensuite imaginer ce que fut la vie
de celui dont prénom et nom sont écrits
à l’angle de cette rue
traversée tant de fois

il s’appelait Alphonse Richard
le premier Dignois tué à la Grande Guerre
le 14 août 1914

l’imaginer, ce jeune homme
pour tenter de lui rendre la vie
lui qui fut arraché de sa Haute-Provence natale
pour aller mourir « à l’ennemi » là-haut
dans un coin de Lorraine

j’ai imaginé et écrit ce que furent les 14 derniers jours de sa vie
le livre paraîtra très bientôt

d’ici là
à écouter au quotidien
sur ce carnetdemarseille et sur le site des Éditions Parole
le récit à voix haute
de chacune de ces 14 journées

aujourd’hui, fermons les yeux
et remontons le temps aux côtés d’Alphonse
jusqu’au samedi 1er août 1914

à suivre…

Le feuilleton s’écoute aussi sur la page Radio Livre des Éditions Parole

Découvrir dès demain les ultimes jours d’Alphonse Richard

Couv. ALPHONSE RICHARD 100

Un jour de sa jeunesse
Zoé, ma grand-mère maternelle
perdit son promis
parti à la guerre de 14
toute sa vie d’après
elle en porta le deuil

un jour de ces années dernières
je découvris à Digne un jeune caporal
au nom gravé sur une plaque de rue
Alphonse Richard
le premier natif de la ville
alors des Basses-Alpes
à trouver la mort à la Grande Guerre

en sa mémoire
et en celle de tous les morts
de tous les camps
lors de cette effroyable guerre
j’ai imaginé et écrit ce que furent les 14 derniers jours
de la vie d’Alphonse Richard
tombé « à l’ennemi »
le 14 août 14

le livre est parti vendredi chez l’imprimeur
d’ici à sa naissance, le 19 août prochain
je lirai chaque jour, du 1er au 14 août
une journée de l’ultime parcours de vie de ce jeune Bas-Alpin
à voix haute

vous pourrez l’écouter sur mon carnetdemarseille
tout comme sur le site des Éditions Parole
où mon livre sera publié.

Je vous donne rendez-vous demain.

 

Les bons baisers de Moussu T e lei Jovents

moussugémenos

Encore de la régalade hier-soir à Gémenos
une semaine après leur concert à La Ciotat
dédié à SOS Méditerranée
Moussu T e lei Jovents ont participé à la traditionnelle Fête de la Saint-Éloi

très rock ce concert
teinté d’humour et de poésie, comme toujours, en français et en provençal
un spectacle rempli d’embruns, de plages, de ports et de charmantes demoiselles
avec aussi un hommage aux résistants disparus
à ceux qui luttèrent en leur temps pour la liberté

j’ai aimé aussi la tendresse offerte au public
la nostalgie légère
de Bons Baisers de Marseille

le prochain concert de Moussu T e lei Jovents
c’est samedi prochain 5 août à La Ciotat
autour de leurs reprises de chansons d’opérette marseillaise, comme Dans ma petite calanque, l’un des treize titres de leur superbe album Opérette paru il y a trois ans.

À La Ciotat, Moussu T e lei Jovents embarque pour SOS Méditerranée

Je n’oublierai pas ce samedi 22 juillet à La Ciotat. D’abord parce que j’ai retrouvé Moussut T e lei Jovents en concert au Bar O’Central, dédié à SOS Méditerranée et parce que j’ai pu rencontrer Anthony 35 ans, Corse et capitaine de marine marchande. En mer toute l’année, il choisit pendant ses vacances ou ses jours de repos, d’embarquer à bord de l’Aquarius, le bateau de SOS Méditerranée.

Inoubliable aussi ce samedi-là parce que j’ai assisté à la traditionnelle et très drôle course de baignoires organisée dans le Port Vieux de La Ciotat par l’association Ciotat Chourmo. En fin d’après-midi, après quelques pastis, j’ai pu bavarder avec Chichi d’or, le déclameur de l’asso, qui a invité SOS Méditerranée à être de la fête.

course de baignoires

baignoiresLaCiotat

Cigales du matin

cigales

Cigales du matin
pas chagrin
dès les premières lueurs
chantez en chœur

reines du camouflage
vous répandez
vos ondes de gaieté
sur tout le paysage

cigales du matin
pas chagrin
s’il vous plaît
de célébrer l’été
jamais ne cessez

Comme une Reine des surprises

commeunereinedessurprises

Où est passée la mer
me suis demandé hier

à peine deviné sa trace
humé sa présence
en dessous de la blancheur des roches
tandis que la brume remontait jusqu’au vieux sémaphore

et là, comme un enfant naïf
j’ai cru voir la mer tout là-haut
vêtue de bleu azur comme une Reine des surprises

Demain il fera beau

Demain ilfera beau

Revenir au pays
là où marchions ensemble
il y a combien de jours et de jours, dis ?
poser les yeux où si longtemps tes yeux se posèrent
d’est en ouest
vers Planier aussi
et puis auprès des bateaux de retour des îles
lancer le regard jusque derrière les limites de cette ville
où tu me donnas vie
guetter la fuite du jour
et savoir
ce soir peut-être encore plus profond que les autres soirs
que demain il fera beau