S’eri lo gabian, chanson d’actualité

 

Gabians

Fatigué suis depuis dimanche
des – en avant marche
des – ça va changer
des – vous verrez

marre des chiens de garde
aux plumes allergiques aux plaies
des toutous dociles, voix de leurs maîtres
des éditocrates donneurs de leçons à la c..

dégoûté aussi par les casseurs d’enthousiasme
qui à nouveau confondent
alors qu’ils devraient s’unir
lutte des places et lutte des classes
marre de leurs bras de fer infantiles
de leurs – rassemblons-nous …
… mais tout seuls
soupé de leurs paroles bafouées
nous mènent droit dans le fossé

tant besoin de m’oxygéner
de me laver la tête
de prendre un autre bain
de choisir un autre chemin

alors, à tue-tête j’entonne
cette chanson de Moussu T
à reprendre en chœur s’il vous plaît
sans modération
ad libitum
surtout le refrain
comme un appel vers le grand large

 

Lo Gabian  – Moussu T e lei Jovents

Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Je voyagerais partout gratuitement,
Un bon coup d’aile, y a qu’à faire tirer
Pour traverser les mers et les océans
Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Je m’en irais visiter les continents,
Survoler les villages et puis les cités,
J’irais caguer sur la tête des méchants

S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
S’eri lo gabian m’en anariáu.
S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
Sus la testa dei mechants, cagariáu.*

Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Je sortirais dans mon costard gris et blanc,
Aller draguer les mouettes aux yeux maquillés,
J’aurais déjà fait trente ou quarante enfants.
Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Je les quitterais au premier coup de vent,
Pour me consoler de toujours divorcer,
J’irais caguer sur la tête des méchants

S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
S’eri lo gabian m’en anariáu.
S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
Sus la testa dei mechants, cagariáu

Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Dans le ciel bleu je ferais mon tour de chant,
Je gonflerais tous les voisins du quartier,
Je m’en battrais les couilles totalement.
Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Je me ferais des cures de poissons volants,
Après la sieste j’aurais bien digéré,
J’irais caguer sur la tête des méchants

S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
S’eri lo gabian m’en anariáu.
S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
Sus la testa dei mechants, cagariáu.

Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Je plierais voile un beau jour tranquillement,
Ne laissant que des plumes à mes héritiers,
Et 200 grammes de tous petits os blancs
Si j’étais le gros gabian du bout du quai,
Je m’en irais au paradis des gabians,
Et s’il n’y a plus de méchant sur qui caguer,
Je caguerais dans la marmite à Satan

S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
S’eri lo gabian m’en anariáu.
S’eri lo gabian, s’eri lo gabian,
Sus la testa dei mechants, cagariáu

*Si j’étais le gabian
si j’étais le gabian je m’en irais
si j’étais le gabian
je vaguerais sur la tête des méchants

Bleu c’est bleu

IMG_5133

Bleu c’est bleu
croire encore aux jours heureux
rallumer les feux
les nourrir de petits jeux
contempler les cieux
applaudir les valeureux
apaiser les peureux
soulager les gueux
respecter les dieux
étreindre les amoureux
les jeunes et les vieux
se bisouter les yeux
et s’envoler deux par deux

Entre honte et dégoût

IMG_5073

Entre honte et dégoût
tu te traînes sur le rivage
avec dans la bouche et la tête
comme un goût de cendres et de fin

pose-toi et respire profond
emplis-toi des embruns d’espérance
et choisis toujours la beauté
cœur inquiet devant la nuit qui s’avance

désire aussi le combat
tends tes mains aux cabossés
même si tout te semble noyé d’avance
dans le noir des flots qui menacent

n’oublie pas que jaillit encore à l’horizon
l’infime lueur vivace
de ceux qui jamais
ne renoncèrent à marcher debout

Les coquelicots égarés

IMG_5012

Se perdre ici en bord de mer
loin des champs et des semences folles
se réfugier près des rochers
rouges du seul désir
que dure quelques heures encore
le baiser salé des embruns

depuis que la mer est mer
de sa lumière et de ses sons
elle sait les gestes qui apaisent
pourvu qu’elle n’oublie jamais de consoler
l’âme des êtres égarés

Une paisible touche blanche

IMG_5008

Face au grand phare
désormais déserté des hommes
vigie cachée au loin en pleine lumière
prendre son temps
à pas de tortue
s’accrocher aux rochers
fouiller au cœur de ses plumes
et tenter d’écrire le présent
comme sur une île vierge

ne redouter ni l’orage possible
ni la tornade qui menace
oser faire face
avec le chaud du dedans
orner le futur offert
d’une paisible touche blanche

 

Joli merle siffleur

IMG_4976

Chaque matin que le ciel fait espérer
ou Dieu, qui sait ?
chaque lendemain que l’Univers nous offre
dans sa tragique splendeur
et sa cruelle misère
tu reviens
merle siffleur
parler depuis ta frêle branche
aux morts déjà morts et enterrés
peut-être aussi te poses-tu aussi pour apaiser les morts à petit feu que sommes
devant la laideur et la saleté du monde

joli merle chanteur
tu ne crains ni nos cris
ni nos haines
ni nos crachats
ni nos hontes tues
sous le ciel laiteux ou bleu ou sombre
non
de ton bec or orangé
tu lances en paix ta mélodie
et réponds avec grâce
à celle que désirent parfois
timides
t’offrir mes pauvres lèvres en pleurs

voudrais tant te rejoindre un jour en souriant
sur ta branche fragile
pour ressusciter à tes côtés
les visages
les voix
et les baisers
de ceux qui autrefois
malgré les cris les haines les crachats et les hontes
osaient eux-aussi encore espérer
des lendemains divins

La lumière ou l’obscurité

IMG_4842.JPG

Demain
choisis ton camp, camarade
n’hésite pas à trancher
à puiser au fond de tes rêves
parle à tes amis
écoute leur fatigue et leur révolte
regarde leurs sourires
savoure leur humour
parle aussi à tes disparus
écoute-les te dire
qu’il n’y a de chemin désormais
que celui de l’espérance
du partage
de la fraternité
parle et écoute
et reste en paix
puis décide
le choix est simple
le retour de la lumière
ou la plongée dans l’obscurité

Abuelo rêve

IMG_3739 (1)

Cadiz à marée basse
les enfants jouent à dessiner
les barques espèrent
les flots se laissent désirer

IMG_3734
pendant ce temps Abuelo
rêve d’embarquer encore
pour de longues et belles traversées

IMG_3738