Entre honte et dégoût

IMG_5073

Entre honte et dégoût
tu te traînes sur le rivage
avec dans la bouche et la tête
comme un goût de cendres et de fin

pose-toi et respire profond
emplis-toi des embruns d’espérance
et choisis toujours la beauté
cœur inquiet devant la nuit qui s’avance

désire aussi le combat
tends tes mains aux cabossés
même si tout te semble noyé d’avance
dans le noir des flots qui menacent

n’oublie pas que jaillit encore à l’horizon
l’infime lueur vivace
de ceux qui jamais
ne renoncèrent à marcher debout

Amérique, ne te retourne pas

soniaali_roadwork-sized

Ne te retourne pas
Amérique
tu as honte je sais
tu as honte, oui
Barack s’en est allé
Donald déboule
et toi tu comptes les pas
qui te mènent
jusqu’au prochain désarroi

ne te retourne pas
Amérique
tu regrettes je sais
tu regrettes, oui
Barack t’a donné des droits
Donald les croquera
et toi tu aperçois le chemin
qui te conduit
jusqu’à la prochaine fois

ne te retourne pas
Amérique
tu n’as pas oublié je sais
tu n’a pas oublié, non
Barack n’est plus là
Donald s’affiche
et toi tu mesures la voie
qui te plonge
jusqu’au prochain coma

ne te retourne pas
Amérique
bats-toi
comme Ali tu sais
bats-toi comme lui
face à l’ennemi
Barack t’accompagne
Donald s’interpose
et toi sans violence
tu continues sur le ring
qui te verra
triompher de ce visage-là

Bob Dylan – The times they are a changin’

Photo de ci-haut @ Sonia Katchian

Même chagrin, même colère

À chaque fois pareil
même chagrin
même colère ici
face au port éteint

img_0815

encore plus à vif en remontant la Rue de la République
de Joliette à Vieux-Port
s’arrêter devant ses immeubles vidés de leur peuple
depuis des années

img_0817

rachetés – les immeubles –
par fonds de pension américains

 

img_0825

délogées les petites gens d’avant
la sève et la pulsation du quartier
y vécus non-loin, petit garçon
à peine un peu plus haut
au Panier
le lieu où vinrent se poser
tant de migrants
fuyaient le fascisme
ou débarquaient pour tenter leur chance
dans la ville sans nom
prenaient soin sans tarder de la nommer
de la chérir

img_0824

et aujourd’hui
Rue de la République

img_0845

ces femmes et ces hommes de peu
ces travailleurs du port
ces manœuvres
ces retraités
ces mères et pères dignes
avec leurs volées de minots
toutes et tous rayés de la carte
relogés ailleurs
contre leur gré

img_0835

toutes ces années plus tard
invisibles sont ces vies d’avant
hormis quelques traces tenaces

img_0832

img_0828

et là
entre tramway et façades et palissades et cadenas
les fantômes qui se glissent
le long des promesses en sable

img_0837

sur ces pans de devantures où tout reste à écrire, à transformer
et où se renifle pourtant la crainte amère et glacée
des combats perdus et des luttes abandonnées.