Colère, tristesse et honte

carrièredémolie

Comment taire ma colère quand à Marseille brise-roche et tracto-pelles dévastent des vestiges grecs vieux de vingt-six siècles ça se passe dans le quartier de ma jeunesse sur le site de l’antique carrière de la Corderie où les Phocéens fondateurs de la cité venaient s’approvisionner pour construire Massalia

ce carnage patrimonial me révolte tout autant qu’il m’attriste 2600 ans d’histoire démolis pour laisser Vinci construire un immeuble de cent-neuf logements de standing avec la bénédiction du Président de la République de la Ministre de la Culture et du Maire de Marseille que la honte les inonde !

 

Photo de ci-haut @DavidCoquille

Alphonse Richard renaît au pays avec des collégiens dignois

Au collège Maria Borrély de Digne-les-Bains encore un beau rendez-vous hier avec des élèves de troisième pour parler d’Alphonse Richard et de mon dernier livre à lui dédié rencontre forte et riche après celles de lundi avec des écoliers dignois et de la mi-octobre avec des élèves du Lycée français de Shanghai Campus de Shanghai forte et riche parce qu’autour de mon récit avons pu parler de la mescle entre littérature et histoire de la guerre de 14-18 de son horreur absolue de l’immense deuil dans lequel furent plongés tant de parents de femmes d’enfants de fiancées de chaque côté de la frontière forte et riche car avons évoqué le fil ténu et précieux qui relie l’histoire des individus et l’Histoire avec un grand H et comme c’était la journée des cadeaux après l’audioblog dédié à mon livre conçu par les collégiens du LFS de Shanghai et publié sur Arte Radio ai savouré cette émouvante lecture d’un extrait de mon récit signée Nina

Un grand merci à Sylvie Poirié professeur de Lettres Sylvie Deroche professeur d’Histoire-Géographie et Rémi Garcin chef du service des Archives communales de la Ville de Digne-les-Bains pour le précieux travail en commun avec les collégiens.

Le bunkœur abandonné

bounk

Sur la plage d’en bas affalé contre les galets penché vers la mer le vieux bunker abandonné se tait raconterait quoi comme histoire si ses murs pouvaient parler peut-être dirait des mots de guerre de résistance de combats pour la liberté des paroles de deuil de souffrance de rêves vifs d’espoirs tués d’espérance violente il se tairait un peu ou longtemps peut-être puis réapparaitrait soudain sur sa peau un souffle de sourire lorsque parlerait de paix retrouvée

bunker

là maintenant d’en haut face à la Méditerranée tu guettes le moindre signe l’aperçois te saluer en silence de son dos empesé épuisé et tu te prends à désirer le nommer bunkœur.

Juste pour le plaisir

img_2752

Tout au bout de la Concha
à main gauche face à la mer
la promenade s’achève sur un cirque minéral
surplombe un passage troué
de lettres torturées
d’où l’océan raconte
une histoire d’océan
des paroles à imaginer
en fermant les yeux
et lâchant prise
comme ça
juste pour le plaisir

https://soundcloud.com/ericschulthess/la-mer-parle-tout-au-bout-de-la-concha

Franchir encore la ligne rouge

« Les chambres à gaz point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale. » Il a remis ça ce matin à la radio, le fondateur du FN. Nausée. Une nouvelle fois. Exaspération aussi. Pourquoi continue-t-on à ouvrir micros et caméras à cet individu qui se vautre dans la haine et la négation de l’histoire ? Pour passer ma colère, je ressors ce texte publié il y a quelques mois suite à une ènième poussée de saloperie.

La ligne rouge

Ils viennent de me passer les menottes. Je grimace à l’intérieur des lèvres. À peine mal mais je grimace de cette douleur sourde qui affleure depuis si longtemps à chacun de ses mots barbares. Elle se taira maintenant cette douleur. Car il ne parlera plus jamais.

Garde du corps je fus de cet homme-là pendant quinze ans. Recruté à ma sortie du régiment de paras. Il était venu faire son marché in situ dans la cour de la caserne. Connaissait bien l’endroit car il avait été para lui aussi. L’Indo. L’Algérie.

– Cherche un gars baraqué et courageux, un gars qui en a dans le pantalon, il avait dit en riant de sa bouche humide et ridée.

J’avais fait l’affaire. Ça n’avait pas traîné. Choisi surtout parce que ma peau est très foncée.

– Ça clouera le bec à tous ceux qui me traitent de raciste, il avait lâché devant le colonel. Sans même me regarder dans les yeux.

J’avais dit oui parce que j’aime les défis. Fils de Tirailleur algérien je suis. Mon père libéra Marseille aux côtés des Tabors marocains. L’assaut à Notre-Dame de la Garde en août 44, il en fut. Patriote il s’était dit. Ça m’avait bien plu. J’aime ma patrie moi aussi. L’avais salué au garde-à-vous. Ensuite, j’étais parti du régiment à ses côtés. Avions marché au pas je crois en avançant vers sa voiture. Lui, fredonnait un chant militaire.

« Contre les Viets, contre l’ennemi

Partout où le devoir fait signe

Soldats de France, soldats du pays

Nous remonterons vers les lignes »

 Je me souviens. Il m’avait d’entrée glissé quelques gros billets dans les poings et montré ma chambre. Une piaule à l’étage de sa propriété aux murs blancs gardés par des chiens aussi baveux que gros. Leur ressemblait un peu je trouve.

– Tu dormiras là. Je te sonnerai. Tiens-toi toujours prêt. Je voyage beaucoup. Tu m’accompagneras partout. Je suppose que tu sais conduire ?

Chauffeur je fis aussi. La grosse Mercos, ça se conduit tranquille. Lui derrière à passer ses coups de fils. Toujours le costard impeccable, la cravate qui va bien, la pochette au revers assortie. Une forme d’élégance qui jurait dès qu’il ouvrait la bouche et que pleuvaient les insultes au téléphone. Lui derrière à engueuler le monde entier. Moi devant à le mener à ses réunions, ses meetings, ses rendez-vous d’affaires. Lui derrière à baver ses « bougnoules, négros, citrons, youpins, etc… » S’excusait à peine ensuite, mais un peu quand même.

– Toi, tu n’es pas pareil. Tu es fort. Tu es un soldat, il me disait.

C’est vrai que je suis un para et que je ne crains personne. Il pouvait compter sur moi lorsque nous arrivions quelque part et que ça brassait sévère aux abords des salles de meetings. Il était attendu. Banderoles, affichettes et slogans y’avait : « Le fascisme ne passera pas ! » je lisais. Comprenais pas bien. Connaissais pas le fascisme. Jamais trop été à l’école, moi. Je le protégeais, lui traçais sa route jusqu’à l’entrée et surveillais les allées et venues dans la salle, le calibre en veille dans son étui, là, côté cœur. Au retour dans la Mercos, me demandait de mettre l’un de ses disques préférés. Les éditait, je crois. En allemand ça chantait. Il fredonnait derrière en remuant la tête. Ne connais rien à l’allemand mais c’était entrainant. Comme des marches militaires.

Quinze ans, donc, ça a duré. Jamais eu à me plaindre de cette vie malgré les hurlements et les insultes. Ai appris à les endurer. J’en ai dans le pantalon, donc ne me suis jamais laissé traiter de melon. Mais ce soir, il a franchi la ligne rouge avec son « Monseigneur Ebola qui peut régler en trois mois le problème de l’explosion démographique ». En reprenant le volant, je lui ai fait remarquer que ça n’était pas joli de parler comme ça des gens qui souffrent. Que dans le temps, en France aussi ils faisaient beaucoup de minots. Lui ai parlé de mon père Tirailleur algérien.

– Ferme-là, sale négro, il m’a lancé. T’occupe pas de ce que tu ne comprends pas !

Les flics ont gardé mon calibre. Les menottes me serrent un peu aux poignets mais je me sens soulagé. Lui, il vient de repartir dans une ambulance. À la place de derrière, comme toujours. Je viens de lui coller une balle dans la bouche.

 

 

 

Eric Schulthess