Pensée magique et oloés

Biarritz9Dans la lumière presque estivale de Biarritz m’est venue une pensée magique. Photographier les oloés rencontrés, histoire de précipiter l’arrivée tant espérée chez mon libraire du livre d’Anne Savelli, dédié à ces lieux quelque part où lire où écrire. C’était une espèce de vœu fait en secret. Comme lorsque je croque le cœur d’une salade ou bien le Jésus d’un quartier d’orange ou bien les premières cerises de l’année. Surtout ne pas parler pendant le vœu. Fermer les yeux peut-être. Juste imaginer l’objet et laisser naviguer le désir au rythme de l’océan.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Me serais bien baigné

img_2726

Un vrai parfum d’été
sur Donostia San Sebastián
me serais bien baigné
comme nombre de pépés et mémés

img_2727

mais me suis renseigné
la mer n’offrait pas plus que dix degrés
alors suis allé marcher
le long de la Concha
reviendrai nager au printemps
et cet été

 

Juste pour le plaisir

img_2752

Tout au bout de la Concha
à main gauche face à la mer
la promenade s’achève sur un cirque minéral
surplombe un passage troué
de lettres torturées
d’où l’océan raconte
une histoire d’océan
des paroles à imaginer
en fermant les yeux
et lâchant prise
comme ça
juste pour le plaisir

https://soundcloud.com/ericschulthess/la-mer-parle-tout-au-bout-de-la-concha

Lui rendre grâce

San Sebastián à marée basse
retrouver le calme des soirs longs et doux
prendre son temps
se dire que l’océan est un don du monde
nuit et jour, soir et matin
lui rendre grâce
et oser croire encore aux lendemains

Portulan

image

Portulan
n’avais jamais rencontré ce mot avant
la lecture de Les Choses
de Georges Perec le roman
les trouve jolies ces six lettres attachées à naviguer
repère de marins d’avant
carte experte ouvertes aux quatre vents
colorée de mille sels
ornée d’embruns et de pigments
Portulan
pour caboter en douce
lentement
lire qu’il existera toujours un port où passer
un port où aimer
un port où ne point rester longtemps
ou bien où se fixer pour un moment
Portulan
porte aussi le silence des choses tues
cachées ou dérobées
garde en lui les secrets emportés par ceux qui à jamais
se sont tus
Portulan
y lire aussi un mot d’ailleurs
un mot cadeau
un mot nourriture à faire rouler sur la langue
à faire saliver le palais
comme un baiser profond ouvert sur l’océan

Illustration : Atlas catalan 1375