Cueille le jour présent…

fleurs

Elle m’est venue d’un coup cette envie d’alexandrins. Ce désir de douze pieds répétés, il a surgi à l’intérieur de ma bouche, juste au-dessus du cœur, là où naissent mes élans d’écriture. Oui, à l’intérieur de la bouche ce fut, alors que je contemplais les fleurs. Comme un suc qui affleurait en douceur. Il faisait bon. Le matin s’installait. J’avais rêvé d’oiseaux migrateurs, comme souvent. Les six premiers mots se sont mis à tourner en boucle. Et puis j’ai accompagné les mots qui venaient en comptant sur mes doigts. Éphémère et humble cueillette…

Juste des larmes de pluie tiède et l’écho tu
Des heures de semailles au calme de la rue
J’observe tes mains brunes et tes ongles danser
Nous fredonnons le chant des malheurs envolés
Tu bénis dans la joie la naissance des fleurs
Il n’y aurait ni Dieu, ni miracle, ni peur
Nous sommes étonnés, en paix, les corps légers
Nous partageons l’instant et rien d’autre à pleurer.

 

Hibernation

hibernation

Hibernation
hibernation
tentation nette
noter ton teint noir
narrer ton brio
trier ta bio
boire ton bain en entier
hein
biner
braire
roter
niet
renier et bannir notre nation nantie
tarir notre rente
taire notre tain
rater notre train
borner notre bonnet
tirer notre taie
barrer notre trait
honnir notre honte
et renaitre

Poema corto para Manoli y Jesús

Amapolas

Pour Manoli et Jesús
nos amis espagnols
ce petit poème écrit en terre d’Aragón

Lejos de las golondrinas
que vuelen con ligereza
crecen tantas amapolas
con su rojo de esperanza

pasa y pasa siempre el tiempo
siempre nos vamos en cariño
aunque estemos lejos
como son las golondrinas eternas
y las amapolas rojas .

Loin des hirondelles
qui volent avec légèreté
poussent tant de coquelicots
teintés du rouge de l’espérance

passe et passe le temps toujours
restons toujours en affection
même si éloignés vivons
comme les hirondelles éternelles
et les rouges coquelicots .

Prévert au Parc Montsouris

IMG_4127

Jamais mis les pieds de ma vie
au Parc Montsouris
me parlait pourtant
enfant
ce nom charmant
mais jamais promené dans ses allées

IMG_4130

l’ai enfin découvert
majestueux
orné d’arbres prodigieux
et d’oiseaux merveilleux
pleuvait un peu mais
me suis imprégné de sa paix
précieuse en plein Paris

IMG_4132

ai rencontré les jardiniers
les ai félicités pour leur beau travail
et leur dédie à voix haute Le Jardin
écrit par Jacques Prévert

IMG_4134

 

Ces visages distraits et recueillis

noyeparmilesalguesjpg

Sur la murette du chemin trempé
se sont installés des visages
discrets et recueillis
défigurés aussi
racontent à voix basse
des histoires lointaines
de porteurs de moustaches
de fumeurs de pipes
de gibets et de guerres
espèrent silencieux
pour le présent
pour les jours qui s’effilochent
la caresse d’une main
l’aube d’une prière
le baiser fugace
d’un merle ou d’un moineau
non-loin des pensées blessées

hommealapipe

img_2294

penseesmouillees

Brahms – Intermezzo Op.117-1 – Glenn Gould

Livres de ma vie / Calligrammes #2

Calligrammespageavectitre

Les vers de ce sublime poème d’amour dessinent le visage de la bien aimée. L’ai découvert tout jeune, à l’époque de mes premières amours tenues au secret par timidité. Ou bien parce que c’était sans doute plus fort encore de les taire et de leur préférer la beauté des lettres ainsi posées sur la feuille. Plus fort peut-être de s’attarder un instant sur les sons de ces mots à peine murmurés face à la fenêtre de ma chambre qui donnait sur la mer. J’ignorais à l’époque que ce texte figurait dans le recueil Poèmes de la paix et de la guerre, écrit par Apollinaire entre 1913 et 1916. La tragédie absolue de la Grande guerre vint en moi plus tard. Lorsque ma grand-mère raconta que son promis n’était jamais revenu du front.

 » Reconnais-toi

Cette adorable personne, c’est toi

Sous le grand chapeau canotier

Œil

Nez

La Bouche

Voici l’ovale de ta figure

Ton cou Exquis

Voici enfin l’imparfaite image de ton buste adoré

Vu comme à travers un nuage

Un peu plus bas c’est ton cœur qui bat « 

Guillaume Apollinaire (1880 – 1918)