Tu sais

MèreaveugleEgonSchiele.1914

Tu sais
sans cesse
les gens passaient
sifflotaient
le silence blessaient
le froid saisissait
tandis qu’elle seule
les mains gercées
les yeux percés
se taisait
berçait son bébé
son pouce suçait
elle seule sentait
ses jambes usées
son corps essoré

les gens passaient
s’avançaient
s’embrassaient
insouciants
sans dessus dessous
en suspens
sans lancer de pièce
comme ça
sans parler
sans regarder

un soir soudain
saisis de stupeur
certains l’aperçurent
esseulée dans le sombre
elle avait cessé de respirer
sur son sein
le bébé sanglotait

difficile
de verser ces secondes au passé
tu sais

Illustration : Mère aveugle, Egon Schiele 1914

Un commentaire sur “Tu sais

  1. De l’indifférence d’hier et d’aujourd’hui…
    Notre humanité ne bat pas d’un même coeur!
    Merci à toi de voir et nous rapporter l’histoire de ces vies qui devraient avoir disparues de nos quotidiens… Au XXIème siècle!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s