Printemps #1 À même l’écorce

Ce visage planqué à même l’écorce
Le devines-tu ?
Que te raconte-t-il de la saison nouvelle
Écartelée entre le désir de jouir
Et le masque sale de la peur
Ce venin qui flotte incognito
Et ces journées d’ankylose
Et ces soirs couverts de feu
Ces nuits à écouter les cris monter de dehors.

Ce visage qui s’ose sur ce tronc
T’évoque-t-il le vestige glacé d’un incendie
Le désir furtif de silence
Le simple renoncement,
L’abdication,
Le dépit ?

Ce regard qui frôle à peine la lumière
Est-il celui d’une étudiante à bout de force
D’un migrant chassé vers la frontière
D’une rescapée des camps
D’un moine en train de méditer
D’une Communarde oubliée ?

Il faudra bien un jour que commence à s’éclairer en toi
En nous
Les fils embrouillés de toute cette folie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.