Un rêve de Fuji

ceseraitleFuji

Ce serait en plein été
les neiges éternelles s’éterniseraient
tout de blanc recouvert nous vivrions
entourés
perdus
envahis
emplis
de blanc incandescent
à perte de vue
ce serait le blanc d’un rêve de hauteur
le blanc de tant de départs possibles vers tout là-haut
le blanc où naîtrait la possibilité d’écrire
de réécrire
d’inventer
de raconter à volonté
ce serait un rêve de Fuji.

Une paisible touche blanche

IMG_5008

Face au grand phare
désormais déserté des hommes
vigie cachée au loin en pleine lumière
prendre son temps
à pas de tortue
s’accrocher aux rochers
fouiller au cœur de ses plumes
et tenter d’écrire le présent
comme sur une île vierge

ne redouter ni l’orage possible
ni la tornade qui menace
oser faire face
avec le chaud du dedans
orner le futur offert
d’une paisible touche blanche

 

Sans retour

image

Cette bouche d’azur
ne la boude pas
passager des horizons bloqués
ne grimace pas à sa vue
saisis la chance qui passe
de la parcourir de tout ton être
de t’y glisser sans retenue
mesure l’infime possible
qu’elle s’offre encore à toi un jour
alors, ose t’enivrer de gris
ose approcher le blanc qui console
et souviens-toi de cette seconde bénie
où disparaît la crainte
des traversées sans retour

Bastet

IMG_1142

Dans les froides rues mouillées
t’ai aperçu à la fenêtre
ne m’as même pas regardé
chat blanc aux fins yeux perdus
ai tenté de te réveiller
tapé des mains, crié, sifflé
es resté figé sans broncher

peut-être es-tu, petit chat blanc
statue de Bastet la déesse
ramenée de lointaine Égypte
par quelque amoureuse éperdue
lasse de se rêver attendue
et de lancer en vain ses griffes
aux carreaux froids de la fenêtre

 

Vers le refuge

IMG_1092

Monter tout là-haut
vers le refuge
dans la neige profonde
avancer à son rythme
prendre le temps de la lenteur
écouter l’infime
la fugace musique
neige qui fond sur les branches
et chute vers le blanc
l’immense blanc
le cœur accélère quand la pente se renforce
reprendre son souffle
face aux pics
aux cascades
à la roche fière
aux arbres accrochés
aux parois abruptes
aux forêts traversées
aux nuages qui glissent d’un sommet à l’autre
se dire – que c’est beau !
se contenter de ces mots-là
ne pas chercher autre chose que du simple
comme une offrande à la vie qui avance
s’arrêter pour caresser des yeux
et redescendre
accepter sa fatigue
puis l’oublier en songeant aux sherpas de l’Himalaya
éprouver sa petitesse