Printemps #7 Dire adieu à Joseph

Pas facile de quitter Joseph Ponthus. Surtout lorsque au détour d’un article paru dans le dernier numéro de l’Humanité-Dimanche, je tombe sur ces mots d’un autre Joseph, Andras, auteur du livre Ainsi nous leur faisons la guerre : « On imagine mal comment travailler à une société plus digne, plus juste, en continuant de fermer les yeux sur le fait que, chaque jour, en France, trois millions d’individus animaux sont tués dans des abattoirs sans raison valable… » Ce livre, je viens tout juste de finir de le dévorer. À travers trois tableaux inspirés de faits réels, il dépeint la cruauté de nous autres humains envers les animaux. En voici un extrait. Lu à voix haute, bien sûr  :

 

Qu’aurait pensé Joseph Ponthus de ce texte ? Il s’y serait sans doute retrouvé. J’imagine les deux Joseph se rencontrant pour échanger à propos de leurs livres, si différents et proches à la fois. La rencontre n’aura hélas jamais lieu. Mais ils se parlent, j’en suis sûr, tout comme leurs deux livres me parlent et me questionnent. Au-delà de l’absence. Au-delà du deuil.

 

 

Le moment est donc venu de tourner la page Joseph. Bien sûr, d’autres textes à lire à voix haute et à partager m’accompagnent et m’accompagneront. Mais À la ligne Feuillets d’usine restera unique. Il m’a tant remué ce livre, jour après jour depuis début mars, que j’en reste rincé, vidé, tari. A sonné l’heure de me mettre en jachère et de m’éloigner du web. J’en ressens le désir et le besoin. Sur mon île numérique, j’ai emporté des livres et mon cello. Hier-soir, j’ai joué Mélancolie, un petit morceau de Chopin pour Joseph Ponthus. Je me suis appliqué. Juste avant de quitter la maison, je suis allé le saluer à la place qui est sienne dans ma bibliothèque. Tout près de Rimbaud et Jean-Claude Izzo.

 

avecJames

 

À présent, me voici tout près de la mer. Je vais prendre le temps d’approcher les coquillages, d’observer les oiseaux. De les nourrir. De parler aux arbres et de regarder les feuilles et les fleurs. Je ne négligerai pas la vie presque invisible des insectes. Chaque jour, je rendrai grâce au ciel et j’écrirai.

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (66)

Voici le 66ème et dernier épisode du feuilleton audio Joseph Ponthus. Chaque jour depuis le 1er mars, j’ai désiré rendre hommage à son talent en lisant à voix haute et partageant ici chacun des chapitres de son formidable roman À la ligne – Feuillets d’usine, publié en 2019 aux Éditions La Table Ronde puis chez Folio. Joseph Ponthus nous a quittés fin février. Il continuera longtemps, très longtemps d’être dans nos cœurs et de nous nourrir de son courage et son humanité.

Pour accompagner la lecture du livre de Joseph Ponthus, nous avons écouté chaque jour une chanson de Charles Trenet, qu’il adorait, puis un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du roman par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz. Voici l’ultime chanson à partager ensemble.

Il y a – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

Retrouvez l’intégralité du livre lu à voix haute

sur la page La voix aux chapitres

et sur ma page Soundcloud

Portrait of Joseph Ponthus 03/10/2018 
©Philippe Matsas/Opale/Leemage

Portrait de Joseph Ponthus @PhilippeMatsas/Opale/Leemage

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (65)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 65)

Pour accompagner jusqu’à lafin la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

À la ligne – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (64)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 64)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

Le tofu – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (63)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 63)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

Le week-end – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (62)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 62)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

Cauchemars – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (61)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 61)

Pour accompagner jusqu’à la fin la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

À l’abattoir 3 – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (60)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 60)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

À l’abattoir 2 – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (59)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 59)

Pour accompagner jusqu’à la fin la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

À l’abattoir – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

Printemps #6 Un vœu, des gueux et une fée

Il paraît que ça porte malheur de dire quel vœu on formule lorsqu’on souffle sur les pistils d’un pissenlit. Du coup, je vais taire le mien, lancé hier les yeux bien ouverts sur ses reflets d’argent. En donnant tout de même un indice. Ce vœu s’écrit sur fond d’arc en ciel en lettres rouges.

PRINTEMPS62

États-Unis. Début du XXème siècle. Des gueux débarqués de l’Europe entière déferlent sur Chicago à la recherche d’un travail dans les abattoirs. Upton Sinclair décrit dans La Jungle l’épopée des ouvriers venus vendre leur force de travail aux magnats de la viande. C’est en lisant  » À la ligne Feuillets d’usine « , le roman de Joseph Ponthus, que j’ai découvert et dévoré ce livre qui fit scandale lorsqu’il parut en 1906. En voici un extrait lu à voix haute.

 

Thomas_2017_07_0927(1)

Camille Thomas est une fée. L’écouter interpréter Donizetti, Purcell, ou un Kaddish de Ravel me procure tant de joie. Depuis le premier confinement, la violoncelliste a joué sur les toits de Paris et puis a choisi de faire résonner son De Munck Feuermann Stradivarius fabriqué en 1730 dans des musées désormais confinés. Elle s’est rendue notamment au Château de Versailles, à l’Institut de France, à l’Institut du Monde Arabe à Paris, et récemment dans les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. « La musique n’a aucun sens si elle n’est pas partagée, confie-t-elle. Sans le moment de communion avec les autres, elle est comme une fleur qui se fane. Le public, c’est l’eau, il lui est essentiel. » Ne laissons surtout pas se faner cette fleur, alors, partageons.

Comme tous les artistes, Camille Thomas est quasiment privée de tout concert en public. Ce printemps, quatre de ses dates ont été annulées : Hong Kong, Dublin, Bonn et Leer, en Allemagne. Pour l’instant, le concert d’Innsbruck prévu le 11 mai est maintenu. Faisons le vœu que Camille Thomas puisse ce jour-là retrouver la scène.

 

Photographie © Dan Carabas / Deutsche Grammophon

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (58)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 58)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

Pok Pok – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

Une commerçante béarnaise « non essentielle » offre une paire de tennis trouée à Jean Castex

Elle en a plein les bottes d’être non-essentielle, la patronne des « Chaussures Lété »*, à Salies-de-Béarn. Comme tous ses collègues, Maylis Lété n’a toujours pas le droit de travailler. Ils ont perdu 40% de leur chiffre d’affaires et totalisé près de cinq mois de fermeture en une année. Comme ils en ont assez de ces rideaux baissés en cascade, ils ont décidé de passer à l’action en envoyant des paires de chaussures usées au chef du gouvernement et à son ministre de l’économie, histoire de tenter de leur faire comprendre qu’il est grand temps que les boutiques rouvrent.

Ces fermetures à répétition ont coïncidé avec les changements de saison et donc l’arrivée des nouvelles collections, avec des fournisseurs à payer. Certains d’entre eux ont dû déjà mettre la clé sous la porte. Pour garder le moral et s’entraider, 2.000 professionnels de la chaussure, dont Maylis Lété, ont créé un groupe Facebook. Ils sont déjà 130 à avoir posté des chaussures usagées à l’attention de Jean Castex et Bruno Lemaire.

*la boutique existe depuis cinq générations

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (57)

Jour après jour depuis le 1er mars, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 57)

 

 

Pour accompagner jusqu’à la fin la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

 

 

La pause – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

Au Moment Librairie, la fête et l’espoir que revienne vite le temps de l’essentiel pour tous

Je passe les saluer et bavarder avec eux presque chaque jour, les deux libraires du Moment Librairie. Hier après-midi, j’ai profité d’aller chercher une commande – photo ci-dessus – pour fêter avec Laure et Olivier deux anniversaires : les deux ans de leur ouverture en plein cœur de Salies et les 40 ans de la loi Lang sur le prix unique du livre. Comme les nombreux clients de passage, j’ai reçu en cadeau un livre rappelant cet anniversaire, accompagné d’une rose, histoire de fêter en beauté la Librairie indépendante. Avec la pandémie, tout comme tous leurs collègues partout, ils ont dû sacrément résister. D’abord, ils se sont fait du souci lorsqu’ils furent contraints fermer boutique. Mais ils n’ont jamais cessé d’y croire et ils se sont relevés, en travaillant beaucoup – pour gagner peu – grâce aussi à la solidarité qui s’est manifestée autour de leur librairie. C’est peu de dire qu’ils respirent mieux depuis que leur secteur est à nouveau labellisé essentiel.

Rencontre croisée avec Laure et Olivier, soulagés, heureux mais pas amnésiques. Tous deux sont impatients de voir toutes les actrices et tous les acteurs du monde la Culture ainsi que tous les commerçants, sans exception, retrouver le chemin du respect et de la liberté.

 

 

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (56)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 56)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

À la chaîne – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (55)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 55)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

Les néons – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

Une foule éclair pour espérer encore

Jeudi jour de marché, jour de provisions. Des patates, des carottes, des oignons, une scarole, de l’ail, des figues sèches, des fraises, le pain et soudain, de la musique, sur le chemin du retour.

 

Festif, ce flash mob improvisé et lancé par un groupe de musiciens autour de la chanson Danser encore de HK. Une sorte d’hymne à la liberté, à l’amour et à la tant désirée réouverture des lieux culturels. Cinq petites minutes de joie et puis, remballer à contrecœur en espérant retrouver sans tarder le chemin des provisions artistiques…

 

Ema, violoncelliste

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (54)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 54)

Pour prolonger jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, écouter chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

Cauchemars – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (53)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 53)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, chaque jour un titre de l’album Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

Travailleurs de l’usine – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (52)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 52)

Pour accompagner jusqu’au bout la lecture du roman de Joseph Ponthus, j’ai choisi de partager chaque jour un titre de l’album très puissant Chansons d’usine, créé en 2019 à partir du livre par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz.

C’est fantastique – Michel Cloup Duo, Pascal Bouaziz

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @L214

Printemps #5 Descendre dans les graves

Le pommier paradis. La feuille papillon. Le merle en récital. Les radis du dimanche. Tout semble si léger. Pourtant, la mélancolie rode et je descends dans les graves.

After Bach, par Clovis Nicolas (extrait de l’album Autoportrait)

Plongé dans ce morceau de contrebasse, je réalise que je n’ai plus entendu la voix de mon père depuis qu’il est parti, voilà bientôt quinze mois. Je lui parle souvent, surtout lorsque j’écoute Bach. Je sens qu’il est là mais je n’entends plus sa voix. Lorsque je joue du violoncelle aussi, il est présent. Je sais qu’il est content de savoir que le cello qu’il m’a offert quelques mois avant de mourir me procure joie et réconfort. Mais Papa reste muet. Sa voix me manque. En observant mon petit-fils de cinq ans et demi écrire avec application et jubilation chaque lettre de l’alphabet, je le retrouve dans sa blouse bleu-pétrole, lui qui fut instituteur de la République. Et je le réécoute se raconter.

 

 

L’écouter encore et continuer de lui parler en lui offrant ces rosaces dessinées et coloriées par ses deux arrière petits-fils.

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (51)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 51)

Jour après jour, une chanson de Charles Trenet dont Joseph Ponthus était fan

En avril à Paris – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut :  @L214

00:00
 
00:00
 
 
00:00
 
00:00

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (50)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 50)

Et jour après jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

France dimanche  – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir @MarcTrivier

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (49)

Jour après, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 49)

Et jour après jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

Berceuse – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : @MarcTrivier

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (48)

Jour après jour depuis le premier mars, lecture à voix haute d’un chapitre de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 48)

Et chaque jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

Le grand café – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut :Aux abattoirs de la Villette, Femmes au travail (1917) Source @GallicaBNF

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (47)

Jour après jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 47)

Et jour après jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

Moi, j’aime le music-hall – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions La Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Aux abattoirs de la Villette, femmes crevant les panses (1917) – Source @GallicaBNF

Le bouquiniste béarnais résiste et finit par gagner

Il respire à nouveau, Jean-Bernard le bouquiniste. Le voilà de retour sur les marchés du Béarn. Privé de déballage par un décret national tombé depuis Paris en faisant fi du caractère essentiel de son activité, il a retrouvé le droit de travailler. Attention magie ? Pas vraiment. Quatre jours et trois nuits de résistance et de coups de fil auprès d’un politicien local bien en cour à l’Élysée – devinez qui ? – ont fini par accoucher d’un feu vert au déballage pour lui et les quatre autres bouquinistes béarnais.

Jean-Bernard Camblong, bouquiniste sur les marchés de Pau (place Grammont), Jurançon et Salies-de-Béarn

JBCIMG_0256

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (46)

Chaque jour depuis le 1er mars, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 46)

Et jour après jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

Au clair de la lune – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (45)

Jour après jour depuis le premier mars, lecture à voix haute d’un chapitre de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 45)

Et chaque jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

Bonsoir jolie Madame – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : @L214

Printemps #4 Aux côtés de Clément, Raphaël et Louise Michel

Ma vie de Papet. Aux côtés de mes deux plus jeunes petits-fils, je revisite le royaume de l’enfance et ça fait beaucoup de bien.

Depuis que Clément et Raphaël sont à la maison, nous avons bien boulégué, joué, promené, rigolé et échangé quelques beaux morceaux de musique. Ils m’ont fait découvrir Le vol du bourdon, de Rimsky-Korsakov. Je leur ai parlé d’Arthur Rubinstein et de son amour pour Chopin.

Le vol du bourdon – Rimsy-Korsakov

Polonaise en La bémol majeur Opus 53 – Frédéric Chopin

Une fois les minots couchés, poursuivre l’enregistrement de mon feuilleton sonore Joseph Ponthus et me replonger dans La Commune au présent, le livre que Ludivine Bantigny consacre aux héroïnes et héros de la Commune de Paris, les célèbres comme les anonymes. L’historienne a choisi de leur parler en leur écrivant des lettres. Très documentées ces lettres. Lyriques parfois, poétiques et poignantes souvent. Voici, à voix haute, comment s’ouvre la toute première de ces lettres, dédiée à Louise Michel, la figure iconique de la Commune.

La Commune au présent, de Ludivine Bantigny, est publié aux Éditions La Découverte

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (44)

Jour après, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 44)

Et jour après jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

Biguine à bango – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (43)

Chaque jour depuis le 1er mars, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 43)

 

 

Et jour après jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

 

 

La cigale et la fourmi – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (42)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 42)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Le temps des cerises  – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir – Source @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (41)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 41)

 

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

 

Il y avait des arbres  – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir – Source @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (40)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 40)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Verlaine  – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir – Source @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (39)

Jour après jour depuis le 1er mars, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 39)

Et jour après jour, pour accompagner Joseph Ponthus, une chanson de Charles Trenet, dont il était fan.

Le soleil et la lune – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (38)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 38)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

La dame au piano  – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir – Source @L214

Printemps #3 Avant le bagne, la montagne

C’est reparti pour un mois de bagne. Je sais que j’exagère. La colère est là. Rentrée. Elle nourrit des désirs d’explosion majuscule, de coups de boule, de grand ménage, de révolution, de justice, de partage, de chemins d’harmonie, de grand air. C’est à en perdre le fil de la langue. Donc le bagne, oui, pour dire ce que m’évoque cet absurde mois d’avril reconfiné mais pas tout à fait comme l’an dernier mais un peu différent quand même coincés mais pas autant mais avec couvre-feu pas un kilomètre de rayon pour promener mais dix mais pourquoi pas onze rien que les commerces essentiels ouverts mais cette fois-ci les librairies aussi mais les autres alors mais lesquels mais ils vont crever les fleuristes les coiffeurs les bars et les restaurants tandis que des riches se gavent en douce en privé à Paris nous voulons des noms pendant ce temps les étudiants font l’aumône pour manger et puis les vacances scolaires avancées mais encore du distanciel avant et après pour élèves et profs mais les examens alors ce vaccin alors mais lequel on traîne on rame on est à la ramasse mais ça viendra mais quand bordel le bout du tunnel arrive on ne le voit toujours pas alors arrêtez ! Comme dirait mon fils, ça saoule ! C’en est trop, oui, que nos vies mises en danger et privées de tant de libertés soient conditionnées aux décisions d’un seul homme. Insupportable ce carcan. Une sorte de bagne, oui. Aux murs invisibles mais on les sent et ça pèse. Il ne serait pas sot que nous pensions concrètement à en péter les murs de ce bagne pour en finir une bonne fois pour toutes avec ce monarque inconséquent, sa République avariée, violente et périmée, sa lamentable cour de ministres et parlementaires godillots et ses médias aux ordres qui nous préparent au duel des affreux.

bouleau8

La montagne avant le bagne. Pour se régénérer auprès de Mère Nature. Vital. Partir sur les sentiers où l’herbe et les arbres se parent encore du souvenir des froidures et des neiges. Marcher. Vers forêts et clairières. Vers cascades et ruisseaux. Respirer. Écouter.

Là-haut, où tout paraît plus beau, m’attendaient les bouleaux et leurs yeux étranges, leurs rides légères, leurs sourcils inquiets, leurs vulves amoureuses, leurs regards perdus, leurs cicatrices profondes, leurs hiéroglyphes ouverts à tous les sens, leur peau si douce et tendre, assortie à la virginité comme au deuil.

De retour au gîte, j’ai fait sonner la cloche en direction des cimes.

Comme une prière.

Que revienne vite les temps joyeux !

bbouleaucloche

De retour à la maison, poursuivre la lecture quotidienne à voix haute du roman de Joseph Ponthus « À la ligne Feuillets d’usine » et se demander avec quels mots il aurait raconté ce mois d’avril…

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (37)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 37)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Mes jeunes années – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoir – Source @L214

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (36)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 36)

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

Les oiseaux de Paris – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoirs de la Villette L’échaudoir  – Source @ROL

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (35)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 35)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

L’âme des poètes – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoirs de la Villette 1927 – Source @GallicaBNF

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (34)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 34)

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

Dans les pharmacies – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Les abattoirs de la Villette 1908 – Source #ROL

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (33)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 33)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Quand les cigales seront parties – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoirs de la Villette, le recueil du sang – Source @GallicaBNF

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (32)

Chaque jour depuis le 1er mars, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 32)

 

Et chaque jour, un bonus : une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

Tiens, il pleut– Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoirs de la Villette, l’échaudoir 1922 – Source @ROL

 

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (31)

Toujours intérimaire, Joseph Ponthus. Plus que jamais occupé à vendre sa force de travail. Fini les lignes de bulots, de crevettes, de langoustines. Fini le tofu. Terminées les missions en conserverie. Ponthus change de costume. Le voici parmi les forçats de l’abattoir. C’est dans ce lieu cauchemardesque que se poursuit ma lecture à voix haute – entamée le 1er mars – de son roman À la ligne – Feuillets d’usine. Après les 30 premiers chapitres qui composent la première partie du livre, voici le 31ème, qui ouvre la seconde. Il est précédé de cette citation de Guillaume Apollinaire (lettre à Madeleine Pagès, 15 mars 1916) :  » Pas de description possible. C’est inimaginable. Mais il fait beau. Je pense à toi. « 

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Les chiens loups– Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Abattoirs de la Villette Carcasses de moutons 1922 – Source @ROL

Printemps #2 Des voix et le Mont Fuji

Rien de bien neuf avec la nouvelle saison. Je me suis installé devant le printemps naissant dans l’une de mes positions préférées, celle de l’auditeur réfugié sur son île numérique. Et tiens, d’abord, je suis resté fasciné par ces mains sur le Nagra. Elles appartiennent au sculpteur de sons Yann Paranthoën. Je les ai observées en regardant sur la plateforme Tenk le documentaire que lui consacra Pilar Arcila en 2007. Elles montèrent et ciselèrent tant et tant d’émissions et de documentaires, ces mains d’or. Ces mains d’artiste artisan. C’était au temps où la radio se faisait en bande et prenait encore le temps de se ficher de l’air du temps… Paranthoën était breton, fils de tailleur de pierre. Il fut comme un pape de la sculpture de sons, de la création radiophonique. Créatif est un mot minuscule pour qualifier le bonhomme, tant sa patte apporta au genre pendant des décennies. Tant son œuvre reste un patrimoine légué à tous les amoureux et passionnés d’histoires sonores. En écoutant Yann Paranthoën, je suis aussi resté fasciné par son timbre de voix. Doux, juvénile. Comme s’il s’était arrêté à la lisière de la contrée des adultes. Écoute-la à ton tour cette voix, raconter un petit peu de ce qui fut son art.

Samedi, pour me préparer en beauté à dormir soixante minutes de moins – le passage à l’heure d’hiver, avec ses jours qui rallongent, est toujours un moment de l’année que j’attends impatiemment, ce qui était bien moins le cas quand mes minots étaient petits – je suis allé au concert. Au concert ? Parfaitement. Oh, rien de clandestin, non. Très officiel ce concert. À visages découverts. Moussu T et les Jovents nous avaient donné rendez-vous sur Facebook depuis l’Espace Culturel Busserine à Marseille. Pas de public, évidemment. C’était leur premier concert depuis un an. Ils n’ont pas larmoyé sur leur sort, les collègues de La Ciotat, non. Ils ont juste rappelé que comme l’ensemble des artistes, ils désiraient être considérés, respectés. Et que cesse le mépris et l’abandon dans lequel ils sont laissés. Les applaudissements après chaque chanson nous ont manqué. Hélas pas de oaï ni de distribution de pastaga comme jadis aux concerts de Massilia, mais une totale régalade, par écran interposé. Allez, on s’écoute Mademoiselle Marseille.

MoussuT FB

Sinon, dans la série spectacle virtuel, il y a aussi ces quelques photos du Mont Fuji que je bade chaque jour. Monter un jour tout là-haut est l’un de mes plus grands rêves. Je crains de devoir patienter encore quelques années avant de le réaliser. Se satisfaire de le contempler et d’en partager toute la beauté, grâce au photographe japonais Hashimuki Makoto.

Hashimuki Makoto est aussi sur Instagram

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (30)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 30)

 

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

 

L’âme des poètes – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Douarnenez, le travail des sardines – Source Le Télégramme

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (29)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 29)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Le soleil et la lune – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Conserverie à Plozévet, le travail des sardines – Source Le Télégramme

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (28)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 28)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

La mer – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Crabe enragé, par Mathurin Méheut

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (27)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 27)

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Douce France – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : La grande grève des sardinières de Douarnenez 1920 @AgenceROL  (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (26)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 26)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

J’ai ta main – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Conserverie, le travail à la chaleur (Source Le Télégramme)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (25)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 25)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Revoir Paris – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Concarneau, les sardinières au travail @AgenceROL  (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (24)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 24)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

La folle complainte – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Travail à la chaîne dans une conserverie Barbier Dauphin Source @OuestFrance

Printemps #1 À même l’écorce

Ce visage planqué à même l’écorce
Le devines-tu ?
Que te raconte-t-il de la saison nouvelle
Écartelée entre le désir de jouir
Et le masque sale de la peur
Ce venin qui flotte incognito
Et ces journées d’ankylose
Et ces soirs couverts de feu
Ces nuits à écouter les cris monter de dehors.

Ce visage qui s’ose sur ce tronc
T’évoque-t-il le vestige glacé d’un incendie
Le désir furtif de silence
Le simple renoncement,
L’abdication,
Le dépit ?

Ce regard qui frôle à peine la lumière
Est-il celui d’une étudiante à bout de force
D’un migrant chassé vers la frontière
D’une rescapée des camps
D’un moine en train de méditer
D’une Communarde oubliée ?

Il faudra bien un jour que commence à s’éclairer en toi
En nous
Les fils embrouillés de toute cette folie.

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (23)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 23)

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

Pigeon vole – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Quiberon, la conserverie La Belle Îloise (1967) – (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (22)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 22)

 

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

 

Dans les rues de Québec – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Les sardinières de Concarneau  (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (21)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 21)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

En ce temps-là – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Les Sables d’Olonne Étetage en plein air des sardines (1894)  (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (20)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 20)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Vous oubliez votre cheval – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Concarneau, Conserverie (1913)  @AgenceROL  (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Jospeh Ponthus (19)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 19)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Vous êtes jolie – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : USA   La cuisson des sardines (1902) @UniversityofWashington

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (18)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 18)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

J’ai connu de vous – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Sardinerie à Concarneau – Peinture de Peder Séverin Kroyer

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (17)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 17)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Fleur bleue – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Les Sables d’Olonne L’atelier des flerblantiers (1894) @Baudoin  (Source BNF Gallica)

Hiver #13 En bleu, en sang et en joie

Une coque de bateau comme un tableau. Tant de bleu, tant de coquillages devinés, d’écume gravée et de traces de sang rouillé aussi. Le sang des milliers de migrants morts en mer, des millions de poissons capturés. Rien ne s’efface nulle part de la saloperie du monde. Traces vivaces.

Mar y sol. Nettoyage de printemps. Refaire un semblant de beauté au vieux chalutier fatigué, avant de repartir gagner son pain comme on l’a toujours gagné. Popeye en rouge sur la proue. La vie comme un très vieux cartoon usé pas rigolo.

bain

Retrouver le sud de notre sud, donc. Aglagla. Bien bien froide, Madame Méditerranée toute bleue que chante si joliment Massilia Sound System. Aglagla ? Tant pis. Ce bain, je me le rêvais depuis plus de deux mois. Prendre le temps d’y entrer dans cette mer . La laisser mordre chaque millimètre de gambette et sentir qu’au fil des minutes, de bas en haut, le corps s’accoutume, se fait de plus en plus relax. Ensuite, se lancer. Plonger. Brasser sous la mer sans lambiner. Sentir les tempes se serrer et l’étau se dissiper une fois la tête sortie de l’eau. Reprendre souffle et y retourner. Jusqu’à trembler, chairdepouler, sortir et contempler. Humer. Joie. Sourire.

coquillagessable

Plus tard, en bâtissant et décorant de petits châteaux de sable, accueillir le souvenir des baignades de fin d’hiver avec les copains à Marseille. Il n’y avait pas de sable là où nous allions. Rien que des rochers. Nous y grelottions et nous sentions si vivants. Retrouver ces sensations. Le petit moulin de l’enfance ne cesse de tourner.

petitmoulin_avent

La beauté, toujours et toujours la rechercher. La dénicher. La partager. Camille Thomas privée de scène mais en tournée dans les musées. Une merveille de merveille. Laisser venir à soi comme une furtive larme de joie.

L’elisir d’amore : Una furtiva lagrima – Donizetti, par Camille Thomas

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (16)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 16)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Coin de rue – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Concarneau, travail du Thon  @AgenceROL  (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (15)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 15)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Route Nationale 7 – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Conserverie Saupiquet (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (14)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 14)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

La polka du roi – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Boulogne, aux boîtes  @JeanBoitel 

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (13)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 13)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

Le piano de la plage – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Ciboure, dans la conserverie Chancerelle (Source BNF Gallica)

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (12)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 5)

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

Y’a de la joie – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

 

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : USA Cuisson du saumon @UniversityofWashington

Un livre et des haïkus pour Kamaishi

Couvenattendant-la-pluieDix ans jour pour jour ont passé depuis le 11 mars 2011 et le terrible tsunami qui endeuilla le nord-est du Japon. La ville de Kamaishi pleura près de 900 morts et des milliers de disparus. Deux ans plus tard, en mai 2013, de retour d’un voyage là-bas, j’ai  décidé d’écrire En attendant la pluie, un conte dédié à toutes les personnes que j’y ai rencontrées et qui m’ont bouleversé. Ce petit livre publié aux Éditions Parole est bilingue, en français et en japonais. Il mescle deux langues, deux sonorités, deux cultures. En voici les premières phrases, lues par moi même et par Momomi Machida, qui a traduit le livre.

En hommage aux gens de Kamaishi, si dignes et si courageux, j’avais à l’époque avec mes deux jeunes enfants Zoé et Marius, récité et enregistré quelques haïkus des grands maîtres japonais. Leurs voix ont bien changé depuis mais je me souviens de notre émotion commune ce-jour-là.

14 mélodies du Japon – André Navarra 

Photos de Kamaishi (mai 2013) @ErisSchulthess

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (11)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 11)

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

La vie qui va – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Bretagne, la préparation des boîtes @LL

À la ligne – Feuillets d’usine – Lecture de Joseph Ponthus (10)

Chaque jour, un chapitre lu à voix haute de À la ligne – Feuillets d’usine, le roman de Joseph Ponthus (Chapitre 10)

 

Chaque jour, une chanson de Charles Trenet, dont Joseph Ponthus était fan.

 

À la porte du garage – Charles Trenet

(À demain, 7h30…)

livreJosephPonthus

À la ligne – Feuillets d’usine est publié aux Éditions de la Table Ronde et chez Folio

Photographie du haut : Concarneau, fabrication des boîtes (1909) (Source University of Washington)